Les Adultes

Lignes téléphoniques d'aide

adultes.lignes_telephoniques_daide.interventions_telephoniques.html

Témoignages

Chaque jour, les intervenants des lignes téléphoniques d'aide de la Fondation entendent des témoignages touchants de personnes qui ont des difficultés de lecture et d'écriture ou qui cherchent une formation.

La Fondation souhaite partager avec vous quelques appels qui vous permettront de mieux comprendre le travail de nos intervenants. En dirigeant les usagers vers les bonnes ressources tout en prenant en compte leur situation géographique, familiale et professionnelle, ils contribuent à encourager les personnes dans leurs démarches et ainsi à leur faciliter l'accès aux services d'apprentissage. 


« J’habite Montréal et je voudrais savoir s’il y a un cours de conducteur de chariot élévateur qui se donne. Pouvez-vous aussi voir s’il y a une formation pour être opérateur de traitement des eaux usées? Ou des eaux potables… Ça pourrait m’intéresser. J’ai juste un secondaire 4, donc, je ne sais pas si j’ai ce qu’il faut. »

- Guillaume, Montréal


« Bonjour, je cherche un centre d’alphabétisation pour ma femme. Elle est d’origine kenyane, elle est à l’école le matin pour apprendre l’anglais, mais elle veut aussi apprendre le français. Au Kenya, elle n’a pas été à l’école. Dans sa famille, c’était seulement les garçons qui y allaient. Pouvez-vous me donner une école qui donne des cours les après-midis? »

- Peter, Montréal


« J'ai trouvé votre numéro dans un centre d'Emploi-Québec. Je voudrais obtenir des renseignements sur les formations professionnelles de courte durée. C'est pour ma femme qui est d'origine cubaine. Après les cours de français, il faudrait qu'elle suive une formation pour pouvoir travailler. C'est vrai qu'il y a une forte demande pour les préposés aux bénéficiaires? »

- Sylvain, Sainte-Thérèse


« Je voudrais avoir de l'aide pour la lecture. J'ai 8 ans, mes parents ne parlent pas français, juste anglais. C'est le CLSC qui nous a donné votre numéro de téléphone. Pouvez-vous m'aider? »

- Jessye, Montréal


« J'appelle pour mon mari dont la langue maternelle est l'espagnol. Ça fait 20 ans qu'il vit ici. Il est capable de parler le français, mais il ne peut pas le lire ni l'écrire. À 41 ans, il est sans emploi. Quand on a vu la publicité d'Info-Alpha à la télévision, il a dit que ça serait le temps pour lui d'aller à l'école pour apprendre à lire et à écrire le français. On a trois enfants qui vont à l'école et il voudrait pouvoir les aider avec les devoirs. »

- Cecilia, Montréal


« Je viens de voir l'annonce TV d'Info-Alpha. J'appelle pas pour moi, c'est pour mon frère. Il a 23 ans, il a lâché l'école jeune et il est sur l'aide sociale. J'veux vraiment l'aider. Est-ce qu'il y a des écoles où il pourrait aller? »

- Jacynthe, Granby


« Je suis intervenante dans un CLSC. Je voudrais connaître des ressources pour un des mes clients de 37 ans originaire de la Jamaïque. Sa femme et ses enfants sont encore là-bas. Il vient de perdre son travail. On lui a dit de faire sa demande d'assurance-emploi en ligne. Il m'a avoué en pleurant qu'il ne savait ni lire, ni écrire. Ses frères et sœurs ont tous fini leurs études, pas lui. Il a honte. Il a peur que les gens le jugent. »

- Allyson, Montréal


« J'ai perdu mon emploi. Je vais être sur le chômage. C'est pas que je faisais mal mon ouvrage… J'ai décidé de me prendre en main. Je veux aller à l'école maintenant. Il y a du monde que ça dérange pas. Il est pas trop tard pour moi. Je veux avoir un diplôme. Quand on travaille en cuisine, c'est bon de savoir lire une recette. »

- Ghislaine, 50 ans, Saint-Rémi


« Quand j'ai vu la publicité d'Info-Alpha à la télévision, je me suis dit que je pourrais appeler pour parler de la mère de mon ami qui est analphabète. Lui, personne ne l'aide dans ses devoirs. Ma mère à moi, elle m'aide beaucoup à l'école. »

- Marie, 14 ans, Alma


« J'ai lâché l'école pour voyager dans l'Ouest. Maintenant, je me trouve trop vieux pour recommencer où j'étais rendu au secondaire. Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas par où commencer pour avoir une éducation. »

- Martin, 25 ans, Trois-Rivières


« Ma fille de 25 ans ne sait même pas lire. Mon garçon n'est pas intéressé par l'école et ne pense qu'à avoir de l'argent dans ses poches. Je ne sais pas ce que j'ai mal fait. Je veux savoir comment les aider. »

- Jeanne, 52 ans, Laval


« Ma femme va venir me rejoindre au Canada, elle est originaire du Kenya et elle ne parle pas français, seulement un peu d'anglais et sa langue maternelle au Kenya. Je ne sais pas où je dois l'inscrire. Vous me l'avez expliqué très bien et maintenant je peux décider. »

- Jamal, 47 ans, Laval


« Depuis ma retraite, j'ai beaucoup de temps. Le problème c'est que j'ai moins de chose qui m'occupe. Je regarde ceux qui aiment lire et je trouve qu'ils ont l'air de profiter de leur temps. Comme j'ai jamais lu, on dirait que j'ai perdu l'habitude, que j'ai oublié. »

- Arthur, 62 ans, Sainte-Agathe-des-Monts

* Des noms fictifs ont été utilisés dans les témoignages afin de respecter la confidentialité des renseignements personnels.